mardi 20 février 2018

Sécurité routière




Le message du Père François

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9, 2-10.
« En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’en­tretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. 
Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne racon­ter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

Ce jour-là, au sommet de la montagne, le Thabor, il s’est passé quelque chose de grandiose et d’inexplicable, la Transfiguration! Un homme, appelé Jésus qui s’était présenté comme « Fils de l’Homme », un maître qui entraîne ses familiers : Pierre, Jacques et Jean sur cette montagne.  Ce compagnon qu’ils ont vu marqué par la fatigue et la poussière du chemin ; ils l’ont vu aussi chercher le repos sans toujours trouver où reposer sa tête. Cet homme, tout ordinaire, est soudain, littéralement illuminé. Il attire les regards admiratifs de ses disciples. Ils le décrivent comme envahi par la gloire. Cette lumière ne vient pas du dehors, sinon ses disciples en seraient aveuglés. Non, c’est une lumière que Jésus porte en lui et qui, sur cette montagne, le montre rayonnant. C’est une révélation. Ils le découvrent lumineux comme ils ne l’avaient jamais vu. 
Moïse et Elie, deux hommes essentiels de l’histoire biblique,  s’entretiennent avec lui.  Dans la Bible en effet, Moïse a gravi la montagne du Sinaï où il a reçu les tables de la Loi, qui guideront Israël durant toute son histoire. 
Pour sa part, le prophète Elie s’est retiré sur le Mont Carmel, où il découvre que Dieu peut se rencontrer dans le murmure de la brise légère que porte sa prière.
C’est bien dans cette tradition biblique de la loi et des prophètes, que Jésus se situe.
Au Thabor, ce monde ancien fait place à la nouveauté du Christ. La voix du Père renforce la mission originale de Jésus: « Il est mon Fils bien aimé, écoutez le. » Quelle est cette parole neuve qui bientôt se fera entendre ? Jésus proclame hardiment : « Il a été dit aux anciens…et  Moi je vous dis…. Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » 
Avec Jésus, un monde nouveau est annoncé; l’homme, créé à l’image de Dieu, devient central au point que le Christ, messager de Dieu, s’identifie à l’homme : « Ce que tu auras fait à l’un des plus petits… c’est à moi-même que tu l’auras fait. »
Comme Pierre, Jacques et Jean tous les chrétiens de notre temps sont invités à prendre du recul et à regarder avec plus d’attention le visage de Jésus AUJOURD’HUI. 
Tous les jours nous voyons des visages défigurés et angoissés ; des yeux rougis par les pleurs et la peine ; des gens marqués par la maladie et le handicap ; des jeunes remplis de crainte et d’appréhension ; des ados cherchant à tâtons de vraies raisons de vivre ; des anciens inquiets pour l’avenir de leurs chers petits. Comment s’y prendre pour repérer les germes d’une vie nouvelle, capables de les transfigurer ? Avant de leur apporter notre soutien, n’y a-t-il pas d’abord, à discerner les capacités d’un chacun, à apporter un peu de paix et de bonheur autour de lui ? Mais avant tout, il nous faut croire vraiment que ceux que la vie nous a confiés ont des qualités indispensables au bonheur des autres. Alors comment les aider à bien évoluer ?
Pierre, Jacques et Jean étaient aussi désemparés au Thabor que chacun d’entre nous aujourd’hui, devant les épreuves de la vie. Jésus sait que les Grands Prêtres veulent le supprimer et que sa mort sera difficile à vivre pour ses apôtres qui ont mis leur confiance en lui. Ce qu’ils ont découvert de Jésus, leur permettra à ce moment-là, de ne pas sombrer dans le désespoir.  Marie-Louise, très éprouvée dans sa santé et sa vie affective, me disait hier : ce qui m’a permis de tenir dans ces épreuves, ce sont les liens d’amitié et de confiance que mes enfants et mes amies m’ont témoignées.
Les chemins d’épreuves, de paix, les chemins de vie sont souvent tortueux et décourageants. « Croire », c’est tenir malgré les difficultés. Devant l’évolution rapide et brutale de ce monde : les mauvaises nouvelles s’ajoutent les unes aux autres et s’amplifient  réciproquement. Il y a de quoi décourager les plus tenaces. De plus, certains opportunistes, sans foi ni loi, aggravent cette situation en profitant de l’occasion pour s’enrichir sur le dos des plus fragiles. Le chômage, le racisme, le mépris, le chacun pour soi se développent  sans mesure et sans respecter la moindre règle. Les disciples de Jésus doivent réagir plus que jamais, pour ne pas laisser s’éteindre la lumière, que Jésus nous donne et pour ne pas se décourager. C’est la vraie responsabilité de tout croyant en ce temps de carême. Face aux difficultés vécues par ceux qui nous entourent, il est capital de découvrir des raisons d’espérer pour tenir le coup et marcher vers Pâques. Pâques,  victoire de l’Amour sur toutes les forces du mal.
Quoiqu’il arrive, Dieu nous aime, il ne revient pas en arrière et il a besoin de chacun pour que grandisse la paix, la justice, le respect, en un mot son Royaume ! Puissions-nous entendre, reconnaître et mettre en œuvre ce message du Père : « Celui-ci  est mon Fils bien-aimé : écoutez-le !» 
François, prêtre retraité

2 400 tonnes de schistes sur la route de Breidenbach



 Photos J.A.S.

Les travaux de rétablissement du talus à la route de Breidenbach avancent très vite grâce une météo favorable.  Lundi, il ne restait plus que 1,50 m de talus à restituer avec du schiste noir 25 provenant de Merlebach. Plusieurs semi-remorques ramènent les 2 400 tonnes nécessaires  pour remblayer  ce talus. 


Alors qu’une pelle mécanique  pose les schistes  sur le talus en construction, une deuxième pelle l’étale, et un rouleau cylindreur le tasse. La finition du talus  prendra encore quelques jours.
J.A.S.

lundi 19 février 2018

Sur les anciens chemins de liaison partant de Volmunster

Proverbe : Quand il fait beau , le randonneur sort ses godillots .(Confucius )

Photos Daniel Schurter

 Près de l'emplacement de l'ancienne villa gallo-romaine

Nous étions 17  pour cette rando ensoleillée sur les hauteurs du Volmunstérois, via la voie des Romains avec une descente après Olsberg. Après une remontée vers Eschviller
et  le retour sur Volmunster, les randonneurs sous la conduite de Joseph Sprunck ont emprunté la route actuellement en travaux et donc uniquement  piétonnière.

 La montée vers Eschviller


 Sur les hauteurs d'Eschviller

Le dégel nous a un peu ralentis au départ en rendant les chemins glissants, pour une marche de 2 h et quelque ....  fort agréable par ce beau temps avec un dénivelé  légèrement plus important que prévu, mais avalé facilement par des marcheurs motivés.



Prochaine sortie  le 04 Mars 13 h 30 par Adrien .

Pèlerinages 2018 à Notre-Dame de Fatima -Holbach




Repas paroissial à Schorbach


Les Amis du Moulin d'Eschviller ont fêté les 30 ans

Les Amis du Moulin d’Eschviller animent depuis trente ans le site touristique. Ils ont commencé par le moulin à grains en 1987 et la scierie en 2003. C’est une association de passionnés qui assurent la fonction de guides au moulin et à la scierie et d'animateurs aux ateliers farine.


Photo J.A.S.
Les Amis du moulin assurent les visites guidées du moulin, l'animation des ateliers farine et l'organisation  des fêtes des saveurs et de la pomme.

A l’assemblée générale, présidée par Joseph Meyer, plusieurs élus  ont participé à la réunion. Ils ont tous apprécié le travail des seize guides  bénévoles. Le président a fait le bilan: « Au total nous avons effectué 98 permanences de 2 heures, et assuré en plus la visite à 103 groupes. De surcroît, aux ateliers  farine, nous avons accueilli 983 élèves. En 2017, 10 803 visiteurs sont venus sur le site du Moulin d’Eschviller pour visiter, le moulin, la scierie, le rucher et le verger contre 9 241 en 2016, soit une augmentation de 16,90% La fréquentation des ateliers pédagogiques  a doublé, elle est passée de 3 305 en 2016 à 6 607 en 2017, soit une augmentation de 99,90%.  » 

Agrandissement

Au courant de l’été, l’auberge et la terrasse  ont été  ouvertes , ce qui a permis à nouveau  d’accueillir les visiteurs. Pour en faire un hôtel-restaurant de bonne qualité, la communauté des communes du Pays de Bitche va investir 1,4 M € pour mettre aux normes l’hébergement et l’accueil.  Le premier étage sera réservé  pour l’hôtel, comme la salle Zoller et la petite salle d’animation  seront occupées par l’aubergiste, la communauté des communes installera un ascenseur, construira un  nouvel accueil et  deux salles d’animation. 

Un nouvel atelier farine

Les amis du moulin animeront  du 26 au 29  mars un nouvel atelier où les enfants apprendront toute la démarche qu’il faut pour aller du grain semé et récolté dans les champs par  le paysan,  la mouture du grain par le meunier au moulin,  la pâte pétrie et cuite par le boulanger au fournil. Au moulin, il verront comment le blé est moulu par les meules entraînées par la roue à aubes alimentée par l’eau de la Schwalb, puis tamisée par le blutoir. Ils travailleront la pâte  et cuiront des petits pains.

Intervention des élus

Christian Schwalbach, vice-président  affirme :  Bravo les guides, il nous est impossible de mettre plus de personnel au moulin.  Grâce à vous,  tout fonctionne bien. » David Suck, vice-président du conseil départemental ajoute: «  Merci les guides pour votre travail. C’est une volonté des citoyens du Pays de   Volmunster  de valoriser le site du Moulin d’Eschviller. C’est une action économique. De plus, la Moselle a la volonté de devenir plus attractive. Il est important de faire des démonstrations   des  anciennes   machines comme le pressoir à la fête de la pomme. Sans bénévolat, cela ne serait pas possible et beaucoup d’activités  disparaîtraient. De surcroît, vous vous animez avec conviction. C’est un véritable service public. Il est primordial que le site site du moulin se développe.  Pour augmenter la fréquentions, il faut  s’adapter aux touristes pour les horaires et travailler avec Moselle activité. » Francis Vogt conclut: « Il est important de travailler en concertation avec vous. Vous faites un travail remarquable au Moulin d’Eschviller qui est une pépite notre territoire. Le projet de restructuration du moulin va se réaliser au courant de l’été.  Merci à vous pour la transmission du savoir-faire ».

Nouveau comité

Joseph Meyer (président), Yolande Vogel (vice-présidente) Adrien Schreiber (secrétaire), Joseph Sprunck (secrétaire-adjoint) Bruno Perali (trésorier), Brigitte Schoendorff (trésorière-adjointe), Roland Mazacz et Philippe Dunoyer (assesseurs)


Joseph Antoine Sprunck