dimanche 17 décembre 2017

Les Bredle du Moulin d'Eschviller enchantent les enfants

Pendant dix jours les Amis du Moulin ont accueilli 400 élèves qui ont été ravis de participer  aux ateliers Bredle.

Photos  Joseph Antoine Sprunck

Les Amis du Moulin d’Eschviller ont  lancé en 2006 les ateliers “farine” à l’intention des élèves des écoles élémentaires et maternelles. Ces ateliers continuent à fonctionner, car ils ont eu beaucoup de succès.  

Travailler la pâte


« La particularité de ces ateliers, c’est que les élèves  n’apprennent pas seulement à cuire des Bredle, mais aussi toute l’évolution en partant des grains de blé broyés au moulin, à la confection de la pâte et   la cuisson. » nous rapporte une enseignante. 


«  Tous les enfants qui sont passés par ces ateliers comprennent mieux d’où vient cette farine que maman achète au  supermarché et avec quelles denrées elle fait la pâte. » nous explique Yolande Vogel, responsable pédagogique des ateliers.  Alors qu’un guide leur a fait découvrir le moulin,  

Jean Enaux les éveille à la faune sauvage et aquatique de notre région. «  Cette année, nous avons utilisé 160 kg de pâte et distribué aux enfants plus de 100 kg de Bredle.  À chaque enfant est remis un sachet de Bredle qu’il pourra déguster avec ses parents. » nous précise Joseph Meyer, président des Amis du Moulin d’Eschviller

Variété des ateliers

Les ateliers Bredle fonctionnent début   décembre, par contre ceux des semailles et des briochettes  ainsi que les ateliers des arboriculteurs et du « petit apiculteur »   sont surtout organisés à la belle saison. Les animateurs du site proposent les ateliers « Roue du moulin », « Herbier » et  « sur la trace des animaux de la forêt » au mois de juin
  Tous les ans, les ateliers sont de plus en plus demandés. Ils sont passés de 3 000 en 2016 à  près de 7 000 en 2017  
Le site du moulin d’Eschviller permet également de faire des sorties à la journée en combinant visites et ateliers.  

 Inscriptions et renseignements   au Moulin d’Eschviller   03 87 96 76 40 ou www.moulindeschviller.fr

Joseph Antoine Sprunck

samedi 16 décembre 2017

Le dynamisme des jeunes agriculteurs


Photo J.A.S.

L’association des jeunes Jeunes Agriculteurs, présidée par Anthony Pfeifer, se dédie entièrement à la cause des jeunes. « Apolitique et indépendant, il est représenté au Bitcherland par 32 agriculteurs âgés de moins de 35 ans. « Nous défendons une vision de l’agriculture familiale, où les agriculteurs prennent leurs décisions de façon indépendante et autonome et où se développent des exploitations viables, vivables et transmissibles. Nous œuvrons pour que demain, les agriculteurs restent nombreux, que les territoires restent vivants et que notre alimentation ait du sens. Tous  les jeunes qui travaillent la terre peuvent y adhérer » nous explique le président. « La vocation de Jeunes Agriculteurs est d’assurer le renouvellement des générations en agriculture en facilitant les conditions d’accès au métier et en assurant des perspectives de long terme pour les jeunes qui s’installent. Cela compte également pour ceux qui se lancent  dans les différents produits de la terre » poursuit-il. « Je fais appel à tous les jeunes agriculteurs ou producteurs de la terre à rejoindre notre association. » insiste-t-il

Faire connaître nos produits

« Pour mieux faire connaître nos produits, nous organisons le samedi 10 mars 2018 à 20 h un dîner dansant à l’Espace Cassin. Il sera animé par les Chalax.  Le menu sera uniquement composé de produits dans les fermes du Bitcherland. Nous participerons en 2018 à la cavalcade de Bitche, au tir à la corde de Schorbach, aux marches gourmandes,    Nous organisons, un loto une sortie vélo avec  les jeunes agriculteurs d’Albestroff, la visite au salon de l’Agriculture…Au mois d’août sera organisé le concours de labours et les jeux inter-paysans. » ajoute-il.   

Nouveau comité
Anthony Peifer (président), Anthony Lang et  Manu Parizet (vice-présidents, Jordan Rieutour. (premier secrétaire), Mathieu Lang (secrétaire-adjoint) Jérôme Lett (trésorier),Marc Huver (trésorier adjoint)

Contact: Anthony Lang au 06 78 26 29 20

Joseph Antoine Sprunck


vendredi 15 décembre 2017

Le message du Père François

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1, 6-8 ; 19-28

« Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière. Voici le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : « Je ne suis pas le Christ. » Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Je ne le suis pas. – Es-tu le Prophète annoncé ? » Il répondit : « Non. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? » Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette ques­tion : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. » Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait. »


En l’espace de 24 h, les décès de Jean D’Ormesson et de Johnny Halliday  ont  fait la une de l’actualité. C’est leur manière d’être présents à notre histoire, qui les a rendus célèbres  et estimés. Jean, par sa façon d’utiliser la littérature pour dédramatiser les situations  difficiles, ouvrait à l’espérance. Quant à Johnny, sa façon de chanter et de s’impliquer, a permis à beaucoup de se rassembler et d’apprécier leur vie. Tous les deux ont suscité une grande estime dans la population qui se reconnaissait dans leur art. A leur début, ni l’un ni l’autre ne pouvait espérer une telle popularité. 
Ces personnages peuvent nous aider à faire le lien avec un personnage de l’évangile d’aujourd’hui : Jean le Baptiste, en fin de vie dans une prison. A ses disciples et aux pharisiens qui l’ont interrogé, Jean leur dit qu’il n’est pas le Messie, ni le prophète Elie. Sa mission, c’est de  préparer le chemin à Celui qui doit venir.
Dans sa prison, Jean finit par douter. Il envoie ses disciples demander à Jésus, si c’est bien Lui qui doit venir. Et nous connaissons la réponse de Jésus : « Allez dire à Jean Baptiste : les aveugles voient, les sourds entendent, les boiteux marchent et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres…. ». Ce qui veut dire, que Jésus est bien présent au milieu de nous, mais comment le reconnaître ? Puisqu’il ressemble à « Monsieur tout le monde », et n’a aucun signe distinctif. C’est le défi que les chrétiens doivent relever aujourd’hui, comme au temps de Jean Baptiste. 
Les tensions, les misères et toutes les déstabilisations voulues ou entraînées par la crise mondiale, plongent tout le monde dans l’incertitude. Les repères les plus sûrs sont réduits en cendre. Les menaces et les annonces de fermeture, l’arrivée massive des migrants, eux-mêmes fragilisés et sans liens, l’insécurité liée aux attentats, le réchauffement  de la planète et tant d’autres agressions détruisent la confiance.                                                               
Jean-Baptiste nous dit comme Isaïe : « Aplanissez le chemin du Seigneur ». Le changement essentiel se situe dans le cœur d’un chacun. N’attendons pas des réponses magiques venant du ciel ou d’un homme providentiel ? C’est chacun qui doit s’ouvrir à tous les cris des malheureux, et travailler au respect d’un  chacun. Ainsi, on accueille Dieu lui-même. Ne cherchons pas Dieu ailleurs, car c’est là, dans la vie réelle,  qu’on peut le rencontrer concrètement. Et Jésus confirme cela en disant  aux envoyés de Jean Baptiste, dites à Jean : « les aveugles voient, les sourds entendent, les boiteux marchent » ….c’est une  nouvelle extraordinaire pour tous les malheureux. 
L’espérance aujourd’hui peut nous parler de Dieu. Les traits de son visage apparaissent dans son œuvre. Et cela passe par des êtres humains qui sont les yeux, les oreilles et les mains de Dieu.
Chaque fois que quelqu’un fait place à d’autres dans sa vie, il accueille le Messie. Redonner un peu d’espoir, un peu de chaleur humaine, un sourire, une main tendue….c’est peut être peu de chose, mais c’est une bonne nouvelle pour celui qui la reçoit.
Nous avons de bonnes raisons de nous réjouir, pour tous ces gestes et pour toutes ces personnes qui les posent.  Par eux,  le Messie est à l'œuvre en ce monde. Les nombreuses difficultés de la vie d’aujourd’hui peuvent être prises en charge pour une transformation profonde. Jésus  est là au milieu de nous et il nous aide à construire une humanité nouvelle. Les croyants l’appellent : le Royaume de Dieu.
Réjouissons-nous, car cette joie est le signe de notre foi. Le chrétien doit être joyeux de découvrir en lui l’action de l’Esprit de Dieu, et de se savoir dans les mains du Dieu de Paix et de Justice. Même si à certains jours la joie de Dieu déserte notre cœur à cause d’un coup dur, elle nous rattrapera parce que Dieu nous a visités.
Nous connaissons une période de crise particulièrement difficile et surprenante, mais soyons assurés que Dieu est à nos côtés sur nos routes humaines. Jésus nous appelle à être des artisans de paix. Il nous propose des moyens discrets et à la portée de tous. Il s’agit  de relire l’Evangile avec les yeux du cœur et le mettre en pratique. Dans un monde de haines et de violences, de divisions et de mesquineries, les  gestes d’écoute, d’accueil, de paix, de compréhension, de fraternité et de partage sont des trésors dont personne ne peut se passer.

François, prêtre retraité

Une belle veillée au Moulin d'Eschviller le vendredi 15 décembre

Photo DR
 Pour un public familial, une veillée contes de Noël est organisée  au moulin d’Eschviller 
le vendredi 15 décembre à 18 h  

C'est le conteur Guillaume Louis qui racontera aux enfants à partir de 3 ans des contes du sapin de Noël. C’est ainsi que notre conteur  emmènera les enfants vers les premières neiges à la rencontre d’un bûcheron qui sera surpris devant les effets de la première neige lorsqu’elle tomba et recouvrit le sapin ancestral qui abritait sa cabane. Le conte du traîneau volant ou celle des petits diables et le sapin qui enchanteront petits et grands. De plus les enfants pourront fréquenter et s’amuser dans l’atelier de bricolage. Une petite restauration est organisée au grenier du moulin au profit de l’association des « Semeurs d’Etoiles au profit des enfants malades de Hautepierre.

Ateliers et spectacles gratuits.
Réservations obligatoires au 03 87 96 76 40

Des galons et des médailles pour les sapeurs-pompiers de Volmunster

Photos Joseph Antoine Sprunck

Samedi, les sapeurs-pompiers de Volmunster, de Schweyen et de Walschbronn ont assisté à la messe en l’honneur de Sainte-Barbe  en l’église Saint-Pierre de Volmunster. Puis, ils se sont tous retrouvés au centre d’intervention de secteur de Volmunster.  Après la revue des soldats du feu par le commandant de compagnie Frédéric Delfosse, accompagné de David Suck, Vice-président du conseil départemental et des maires certains  sapeurs-pompiers des trois centres ont été décorés et promus. 












La fanfare de Schweyen a participé    à la remise des médailles et des galons.

Les médaillés
Pour Volmunster les médailles suivantes ont été attribuées:
Vermeil pour 25 ans de service: 


Capitaine Pascal Klein

 le capitaine Pascal Klein et le lieutenant Hervé Koelsch
Argent pour 20 ans de service:
les sergents   Raymond Bernd et Mathieu Kunz.
Bronze pour 10 ans de service:
l’adjudant Frédéric Wurtz, le sergent Michel Mischler , les caporaux-chefs Yannick Rumpler, , Michaël Gross, Jérémy Lohmann et les caporaux Yannick Wilhelm et Mathieu Stein
Médaille de bronze du mérite départemental: 


Le lieutenant Egide Beckerich
le capitaine Pascal Klein, l’adjudant Egide Beckerich et le sergent-chef Fabrice Klein

Les promus

Lieutenant pour l’adjudant-chef Egide Beckerich, 
Sergent-chef pour les sergents Philippe Affolter et Michel Mischler
Sergent pour les caporaux-chefs: Jérémy Lohmann, Yannick Rumpler et Michel Schaller
Caporal-chef pour le caporal Freddy Muller
Sapeur 1ère classe pour les sapeurs 2 ème classe: Mathilde Brugier, Valentin Favari, Clara Huver, Benjamin Klein et Louis Pagliai

Un nouveau véhicule


Dans son allocution d’accueil, le commandant du centre d’intervention de Volmunster, Pascal Klein  a présenté le nouveau projet d’établissement concernant la répartition des secours en Moselle et a annoncé la remise  d’un nouveau fourgon pompe tonne  de secours routier au centre de Volmunster au mois de janvier 2018.

Joseph Antoine Sprunck

jeudi 14 décembre 2017

Les brèves de Sarreguemines Confluences

Sarralbe

Marché paysan


Photo J.A.S.
Le samedi 16 décembre de 9 h à 18 h et le dimanche 17 décembre de 9 h à 17 h  aura lieu la troisième édition du marché paysan sur le parking du magasin vert à Sarralbe.17 paysans proposeront leurs produits: foie gras, escargots, truffes, miel, volailles, charcuterie, viande, produits laitiers, légumes, vins, alcools, cosmétique. Restauration et chapiteau chauffé sont prévus. Parking gratuit. 


Wittring

Centre de soins

La commune de Wittring envisage d’acquérir le bâtiment de l’ancien Crédit mutuel pour y aménager un centre de soins infirmiers.  Cet aménagement revient 191 140 €. Le projet est subventionné, et il resterait à la charge de la commune 103 824 €.

Zetting

Agrandissement de la salle socioculturelle 

Les travaux de  gros-oeuvre  relatifs à l’agrandissement de la salle socioculturelle de Zetting sont en voie d’achèvement. Après la pose des tuiles, ce sont les travaux de menuiseries extérieures qui débuteront.  Suivant le planning, les travaux pourraient se terminer au deuxième semestre 2018.

Sarreinsming

Une rampe pour la passerelle

Le Club vosgien de Sarreguemines vient d’installer une rampe à la passerelle qui enjambe le ruisseau Lach, situé près du sentier des bornes à Sarreinsming. Ce sentier étant très fréquenté, la municipalité va réaliser des travaux d’élagage sur ce sentier dans le Honigwald.

Sarreguemines

Parking gratuit

Le parking du Carré Louvain est à nouveau ouvert  après la réalisation des travaux  par la commune de Sarreguemines dont le montant  s’élève à 900 000 €.  Il sera gratuit pour les automobilistes  les samedis 16 et 23 décembre 2017. Cette gratuité sera très appréciée par ceux qui viennent faire leurs courses  dans la cité faïencière pour Noël .

Chaufferie biomasse

La ville de Sarreguemines  envisage de créer un réseau de chaleur, alimenté par un chaufferie biomasse,  pour chauffer des bâtiments publics, des immeubles et les hôpitaux. Ce projet soutenu par la communauté d’agglomération  est estimé à 24,4 M€. Il est  environnemental, économique et social, il n’utilisera pas du gaz, mais du bois. Ainsi, il faudra construire une chaufferie biomasse dans la rue Jaunez. Elle sera alimentée  avec 18 000 tonnes de bois par an. Un réseau de 18,5 km de tuyaux sera posé à travers la ville. Ce  nouveau réseau permettra  de réduire la facture énergétique de la ville.

Rémelfing

Inauguration

Patrick Weiten,  président du conseil départemental, a inauguré  le centre village de Rémelfing qui a été requalifié par différents travaux de 2008 à 2017. Le coût total s’élève à 1 77744 642 €. Ces travaux ont aidé à embellir le centre  village et à le rendre plus agréable.  Les travaux concernaient l’assainissement, l’enfouissement des réseaux secs, téléphone, électricité, câble, éclairage avec le remplacement des candélabres par des luminaires à LED moins ernergivores. De plus  la voirie permet maintenant un accès aux personnes à mobilité réduite. 

Hambach

Cherche un président

Lors de l’assemblée générale des vétérans de l’association sportive de Hambach, le président  Yannick Ris a décidé de ne pas continuer son mandat de président. Il en est de même du trésorier Jean Yves Klein. Pour ce dernier, ce n’est pas la peine de continuer si la majorité des membres ne sont pas hambachois. Une nouvelle réunion est prévue pour former un comité.

Sarralbe

Marché paysan

Le samedi 16 décembre de 9 h à 18 h et le dimanche 17 décembre de 9 h à 17 h  aura lieu la troisième édition du marché paysan sur le parking du magasin vert à Sarralbe.17 paysans proposeront leurs produits: foie gras, escargots, truffes, miel, volailles, charcuterie, viande, produits laitiers, légumes, vins, alcools, cosmétique. Restauration et chapiteau chauffé sont prévus. Parking gratuit. 

Kirviller

Travaux à l’église.

La fabrique de l’église et la commune de Kirviller ont changé l’entrée de l’église et l’accès du cimetière. Par la même occasion  la porte d’entrée principale de l’église et celle de la sacristie ont été changées par l’entreprise Thiss de Honskirch.

J.A.S.

La France moisie aux obsèques de Johnny

  


Je vous jure que je me suis posé la question en regardant les images à la télé, hier samedi, et en lisant les journaux ce matin : un million de personnes sur les Champs-Élysées et pas une seule vitrine brisée, pas une seule bagnole ou une poubelle brûlée, même pas un flic caillassé ? 

Comment est-ce possible ? Tous les ans pour la nuit de la St-Sylvestre, ou à chaque manif plus ou moins autorisée entre Bastille et République, on y a droit. 
Alors pourquoi pas cette fois-ci ?
 La... réponse, je l’ai trouvée dans un article de Boulevard Voltaire joliment intitulé « La France moisie aux obsèques de Johnny » et dont je vous livre ici les extraits les plus savoureux :

« Formidable ! Inoubliable ! Exceptionnel ! Historique ! Une journée à la démesure du chanteur. Du jamais vu que l’on ne reverra jamais. Il y a eu Victor Hugo. Il y aura désormais Johnny Hallyday. Les médias ont rivalisé en superlatifs pour rendre compte de la mobilisation populaire lors des obsèques de l’idole des jeunes. Un million de personnes. Des Champs-Élysées à la rue Royale. Les caméras filment. Les images défilent. Et le constat s’impose. Brutal. Incroyable. Invraisemblable. Effrayant. La France de Johnny, celle qui suscite soudainement l’admiration des journalistes et de la classe politique, est celle qu’ils abhorrent habituellement. Ce 9 décembre 2017, Paris a rendez-vous avec la France des années 1960 et 1970. La France d’avant. La France moisie. La France du passé. La France repliée sur elle-même. Frileuse. Égoïste. La France des beaufs et des Dupont Lajoie. Celle de la Renault 12 et de la R 8 Gordini. Celle du paquet de Gauloises bleu et du vin qui rend heureux. La France qui s’est figée. La France qui doit disparaître. Le spectacle est saisissant. Pas de voiles. Pas de racailles. Pas de diversité. Pas de bandes qui cassent et qui pillent.

 Il n’y a que la France de l’entre-soi. Celle du vivre ensemble est restée à la porte. Quoi, ma gueule, qu’est-ce qu’elle a, ma gueule ? Les micros se tendent. Et les témoignages se succèdent. René. Marc. Laurence. Jean-Paul. Lucienne. Éric. Chacun raconte son anecdote. Souvent tendre. Parfois naïve. Toujours rafraîchissante. Mais le constat reste le même. Aux abonnés absents les prénoms venus d’ailleurs… La richesse du 9-3 n’est pas là. La jeunesse issue des quartiers, qui doit revivifier un pays à bout de souffle, ne vibre pas aux charmes de Gabrielle. »

 Intéressant, non, comme constat ? Un million de "faces de craie" dans la rue et pas une merde. Les autres, les "chances pour la France", dès qu'il y en a une vingtaine sur un trottoir, c'est le bordel !
  Alain Monard