lundi 23 octobre 2017

Redécouvrir les personnes âgées

 Le contact avec les personnes âgées, quand on est encore jeune soi-même, est la plupart du temps une expérience étonnante. 

  
Je me souviens si bien de toutes les fois où j’ai eu la chance de passer du temps avec ma grand-mère, qui était une très vieille dame, et je retrouve la même douceur chaque fois que je parle à une personne très âgée. 

Les personnes âgées, par définition, ont beaucoup vécu. Elles ont donc vu beaucoup de choses. 

Elles sont par nature indulgentes, compréhensives et même, contrairement à ce qu’on pourrait penser, plus optimistes que les personnes plus jeunes. 

Elles savent en effet que le temps arrange tout. Que les pires épreuves finissent par être surmontées. Et les pires souvenirs par s’effacer. Que la mémoire, d’ailleurs, a plutôt tendance à sélectionner les bons moments. Ainsi plus vous remontez en arrière, plus l’époque ancienne vous paraît heureuse (en général, car il y a bien sûr beaucoup d’exceptions). 

Les personnes âgées, souvent, connaissent les vraies valeurs. Elles se rendent compte que les vraies joies sont dans les choses simples. C’est dans les maisons de retraite que la chanson « Prendre un enfant par la main » a connu le plus de succès. 

J’ai longtemps travaillé, avant Santé Nature Innovation, dans des associations. Les personnes les plus généreuses, celles qui nous aidaient le plus, étaient les personnes âgées. Avant l’âge de 70 ans, nous avions très peu de soutiens. Ce n’est qu’à partir de cet âge-là que la plupart d’entre nous comprenons qu’il y a plus de bonheur à aider les autres qu’à dépenser son argent pour ses propres plaisirs. 

Les personnes âgées ont beaucoup de choses à raconter. Ma grand-mère était très bavarde mais ses récits me passionnaient. Elle avait connu la guerre, caché deux petites filles juives dans son grenier, franchi des barrages de soldats allemands avec des provisions cachées sous ses vêtements, créé une maison d’enfants dans les Hautes-Alpes où les petites victimes de la tuberculose venaient pour leur convalescence… Elle voulait nous transmettre son expérience, et je crois que beaucoup de ses petits-enfants en ont profité. 

Je l’écoutais les oreilles grandes ouvertes, bien sûr. Mais d’autres personnes âgées ont au contraire le don d’être à l’écoute, une écoute bienveillante, sans être dans le jugement. Elles s’intéressent authentiquement aux autres, elles se réjouissent qu’on soit là, de pouvoir vous voir et vous entendre. Ce sont des moments rares, propices à la vraie rencontre. 

« Quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle », dit un proverbe africain. 

Je dois vous laisser, je dois rendre visite à ma maman…



Photo DR
Une maman et son fils…

Jean-Marc Dupuis

Agrandissement du lotissement du Rebberg

Photos J.A.S.

Nouvelle tranche au lotissement

Dès le début  de l’année 2018, une nouvelle tranche de 14 parcelles seront mises en vente aux candidats à la construction dans le prolongement de la rue du Rebberg.  


Elles seront commercialisées au courant du 1er semestre 2018, les travaux de viabilisation devant débuter dans les prochaines semaines. Les renseignements seront à prendre en mairie, aux heures de permanence. Une liste d'option de réservation est d'ores et déjà ouverte en mairie. Le plan de composition pour la tranche ferme est composée de 14 lots. Les  surfaces vont de 625 m2  à 945 m2. 

Fonctionnement des écoles

Les frais de fonctionnement du  périscolaire  pour l’année  scolaire 2015/2017 sont  revenus à 22 603,61 €. Conformément à la convention, Nousseviller-lès-Bitche  versera à la commune de Volmunster 2 866,61 € et Loutzviller 2 963,45 €.   Pour les frais de  fonctionnement des écoles l’école Adolphe Yvon  touchera 1 044 € et l’école maternelle le Petit Prince 432 €. Par ailleurs,  les élus décident de doter les quatre classes  d’un vidéoprojecteur  revenant à 12 704.32 

Vente de l’école d’Eschviller


Depuis le 1 er janvier 2016, l’école d’Eschviller a été fermée, car la classe a été déménagée dans la salle Sainte-Barbe de l’ancienne caserne à Volmunster. Depuis ce  regroupement  pédagogique  centré, le ramassage scolaire entre  midi a pu être supprimé. A la même date, la restauration scolaire a été installée dans le nouveau bâtiment  construit à la place de l’ancienne salle Saint-Pierre. Après toutes ces transformations, les élus ont décidé de vendre l’école d’Eschviller et le terrain d’une contenance de 11,47 ares à Adrien Assfeld  pour la somme de 52 000 €.

J.A.S.

dimanche 22 octobre 2017

Le secret de la longévité

Si vous avez la chance d’avoir encore votre maman… rendez-lui visite ! 


Photo DR
Plusieurs études ont montré que plus vous passez de temps avec votre mère, plus longtemps elle va vivre. 

Vous portez en vous le fameux « amour-médecin », dont le Dr Dominique Rueff et moi-même parlons régulièrement (c’est même le titre d’un livre qu’il a écrit). 
 

La solitude plus dangereuse que le tabagisme et l’obésité

Une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA Internal Medicine) a montré que les personnes âgées meurent plus vite quand elles sont seules, quels que soient leur état de santé et leur niveau de vie. 

L’étude a porté sur 1 600 adultes âgés en moyenne de 71 ans. 

Les chercheurs ont constaté que 23 % des participants qui étaient isolés sont morts dans les six ans. 

Parmi ceux qui vivaient en couple, le taux de décès était pratiquement deux fois plus faible (14 %). 

Une autre étude, publiée dans la revue PLoS Medicine en 2010, avait déjà montré qu’il était moins dangereux pour la santé d’être obèse que d’être seul. Ainsi un « gros » qui fait la fête et s’amuse est-il promis à vivre plus longtemps qu’une personne fine, mais isolée… 

Il n’y a pas que la santé dans la vie

Mais, si vous me permettez, il n’y a pas que pour des raisons de santé qu’il faut rendre visite à votre maman, ou d’ailleurs aux autres « anciens » de votre entourage : père, oncle ou tante, cousin-cousine, ami(e) de la famille, voisin ou voisine, grands-parents si vous les avez toujours… 

Rien n’est plus malsain dans la vie que de ne rester qu’avec des gens de son âge. 

Cela vous donne une vision complètement partielle et étriquée de la vie. Car chaque âge a ses préoccupations, ses avantages et ses défauts. Vous ratez tout un pan de l’existence quand vous ne fréquentez que votre propre génération. 

Jean-Marc Dupuis 

samedi 21 octobre 2017

Le message du Père François

Évangile de Jésus-Christ selon St Matthieu 22 15–21

« En ce temps-là, les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler. Ils lui envoient leurs dis­ciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens. Alors, donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? » Connaissant leur perversité, Jésus dit : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’un denier. Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

Que de flatteries à l’égard de Jésus, pour mieux le piéger. Cependant, la question posée par les pharisiens dans l’évangile, doit nous interpeller sur nos façons de nous situer par rapport à l’argent. Jésus nous alerte sur un danger qui traverse notre existence. Il met en scène un type d’hommes particulièrement dangereux. Dans toutes les organisations, dans toutes les sociétés, dans toutes les religions, ces Hommes sont capables d’aller  jusqu’à l’élimination de leurs opposants. Par-là, ces dignitaires donnent la plus mauvaise image possible de Dieu à l’égard de l’Homme. Comme si Dieu voulait la mort de l’Homme qu’il a créé. L’actualité nous donne de multiples drames liés à cette façon de penser et d’agir : en Espagne, la région de la Catalogne ne veut pas payer pour les autres qui sont plus pauvres. Il en va de même pour l’Alsace qui ne veut pas partager son sort avec des régions moins riches. Une autre illustration avec le Brexit. L’Angleterre veut le maximum d’aide de l’Europe, mais refuse de payer les  factures qui lui reviennent. Cette énumération est certainement rapide, mais il importe de cibler ce qui fait obstacle à la vie ensemble.. Pour être encore plus précis, aujourd’hui en France, le nouveau gouvernement fait tout pour  grignoter le maximum chez les pauvres, les étudiants, les retraités, tout en laissant la plus grande  liberté aux masses d’argent qui se réfugient dans les paradis fiscaux.  
       Ces façons d’agir révèlent une bien triste mentalité qui est incapable de régler les problèmes les plus importants : permettre à chacun de  vivre dignement dans le respect. Et pourtant, la politique la plus noble doit se mettre au service de la vie ensemble où chacun est respecté. On nous serine ces belles phrases, sans rien changer
En ce dimanche qui termine la semaine missionnaire mondiale, l’Eglise nous rappelle que Dieu a besoin de nous pour travailler au cœur de ce monde, pour faire place à un règne de Justice et de Paix.
            Si les pharisiens organisent l’élimination de Jésus, c’est qu’ils sont inquiets de la liberté affichée par Jésus vis-à-vis des pécheurs, des publicains, des femmes, des étrangers. Par contre, la foule qui suit Jésus, trouve en lui une grande espérance. C’est ce qui gêne les autorités, ceux qui ont le pouvoir. Plutôt que d’essayer de comprendre ce qui anime Jésus, ils optent pour l’éliminer : « Il vaut mieux qu’un seul meurt ». 
          Dans ce passage d’évangile, Jésus met en lumière l’hypocrisie, la mauvaise foi, les apparences qu’il faut sauver à tout prix : chose dont il a horreur ! En effet, on ne peut rien construire de valable et de durable sur la fausseté, le mensonge, la combine.
          Les paroles flatteuses des pharisiens qui amplifient la tromperie : « Tu enseignes le vrai chemin vers Dieu, tu ne te laisses influencer par personne », se présentent comme du miel, mais c’est un miel empoisonné. Aujourd’hui, derrière des blagues, des histoires, des messages informatiques qui se voudraient humoristiques pour se détendre, n’y a-t-il pas aussi des comptes qui se règlent. L’humour peut se transformer en règlement de compte et en haine. Ça peut aller jusqu’au massacre.
Les pharisiens questionnent Jésus sur l’impôt dû à César. Mais Lui ne se laisse pas embobiner, il les prend à leur propre jeu : « montrez-moi la monnaie de l’impôt ». Cette monnaie, ils l’ont sur eux. Ils savent s’en servir. On sait par ailleurs, que beaucoup d’entre eux  l’aiment ! Là ils sont en pleine contradiction, sans s’en rendre compte : ils  se servent de leurs propres usages pour le faire condamner.  Si Jésus dit qu’il faut payer l’impôt à César, il sera méprisé par les Juifs. S’il s’oppose au paiement de l’impôt, il sera exécuté par les Romains.
Ce jour-là, leur malveillance n’aboutit pas. Mais ils réussiront plus tard, à faire passer Jésus pour un ennemi de César et à le faire crucifier comme un révolutionnaire.
Jésus reste libre et ne se laisse pas enfermer dans ce jeu malsain, il rappelle les points forts pour tout être humain : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Par cette parole, chacun est invité aujourd’hui, comme hier, à faire la vérité sur son propre comportement et sur ses vraies motivations. Les chrétiens ont comme premier devoir, de tout mettre en œuvre, pour faire apparaître  la vérité et l’honnêteté. La crédibilité du chrétien ne peut accepter la tromperie et les magouilles. « Que votre oui soit oui, et votre non, soit non ! » (St Mat 5 )
Chrétiens, Jésus nous a révélé notre beau visage d’enfant bien-aimé du Père. C’est ce visage que nous avons la responsabilité de présenter en vérité à tous les hommes. La loi civile exige le respect de tous les hommes, et la loi du Christ  nous engage à aimer tous les hommes. La loi du Christ est à mettre en œuvre dans les lois humaines.
François, prêtre retraité

vendredi 20 octobre 2017

Les brèves de Sarreguemines Confluences

                                                      
Sarreguemines

Dernier marché paysan

Photo J.A.S.
Léa participe à tous les marchés paysans et au marché couvert de Volmunster

C’est sous un soleil radieux que s’est déroulé le dernier marché paysan de l’AMEM à Sarreguemines. Pour le stand de glace du GAEC du hêtre Fouchs d’Olsberg, ce fut une aubaine. Tous les producteurs locaux ont eu un vrai succès.  C’était l’occasion  pour les Sarregueminois d’acheter des fruits et des légumes qui ne sont pas passés par des chambres froides. Les marchés paysans lancés au Moulin d’Eschviller en 1997 sont devenus de plus en plus nombreux, car leurs produits sont de plus en plus appréciés. C’est grâce à eux que les producteurs se font connaître et peuvent se développer.
Chalom

Dans le cadre des journées européennes de la culture juive, la chorale Chalom  de Metz se produira dimanche 22 octobre à 15 h au casino des faïenceries à Sarreguemines. Trente choristes  chanteront en yiddish, hébreu, français et latino, langue judéo-espagnole. Les mélomanes passeront  un moment merveilleux. Ils restitueront les émotions, les sentiments, les espoirs et les peines, le sacré et le profane.

34 ans de présidence

Après avoir présidé avec passion l’Association sportive de Neunkirch durant 34 ans,  Roland Magnani a passé le témoin à Olivier Hacquart. Les joueurs, les dirigeants et les élus lui ont rendu un hommage pour une implication sans failles pour  le football.  Sous sa présidence, ont été réalisés le foyer, l’extension des vestiaires et le terrain synthétique. Grâce à l’afflux constant de joueurs, le club compte 250 licenciés, trois équipes seniors, treize de jeunes et une de vétérans. En son honneur une plaque a été posée au foyer rappelant qu’il a été président de  l’AS Neunkirch 1983 à 2017.

Neufgrange

Création d’une équipe du Rosaire

Les trois équipes du Rosaire de la communauté de paroisses Sarreguemines Sud ( Neufgrange, Hambach-Roth et Woustviller) se sont regroupées. Jacqueline Wack en sera la responsable. Ce regroupement se charge particulièrement chaque année  de la préparation de la Fête-Dieu. Les équipes du Rosaire  se retrouvent à 14 h le premier lundi du mois aux presbytères de Neufgrange et de Woustviller.  Par contre celle de Hambach se retrouve  chaque 1er jeudi du mois  chez Véronique Waechter.

Zetting

Première fleur

Zetting vient d’obtenir au concours  régional des villes et villages fleuris sa première fleur. Cette récompense touche particulièrement les employés communaux, mais aussi tous ceux et celles qui fleurissent leurs propres maisons. 43 maisons étaient inscrites au concours des maisons fleuries en 2017. Trois ont obtenu un prix trois années de suite : Fabienne Kalis, Marie-Jeanne Meyer et Natacha Meyer. Un cadeau a été remis à chaque employé communal   pour leur implication.

Grosbliederstroff

Conférence

Le vendredi 20 octobre à 18 h au musée local, la Société d’histoire et d’archéologie de Grosbliederstroff organise une visite guidée de l’exposition de la centrale thermique.Elle a produit de l'énergie à partir de 1954 jusqu'à sa destruction en 1990. Elle était située au bord du canal de la Sarre  à Grosbliederstroff. A l’issue de la visité guidée, on pourra assister à une présentation d’exposés, la projection d’un film et un débat. 

Hambach

Vingtième anniversaire

Le 27 octobre 2017, la Smart fêtera  en comité restreint  ses 20 ans. Smartville est le site de production de la smart fortwo à Hambach. Il est considéré comme l’un des plus novateurs au monde.  L’usine se distingue par l’efficacité de son organisation dans l’espace, autour d’une pièce maîtresse : sa ligne de montage en forme de plus. Les fournisseurs produisent sur place, à proximité immédiate des « ailes » du plus. Ils ne livrent les pièces que lorsqu’elles sont nécessaires. La méthode du juste-à-temps, ou encore « principe du collier de perles », est la manière la plus souple et la plus efficiente de construire une voiture, car elle permet d’économiser les coûts exorbitants du stockage et du transport.
J.A.S.


Les brèves du Bitcherland


Schorbach

Déménagement du calendrier universel

Photo J.A.S. 
Joseph Kriegel a réalisé en grès des Vosges le calendrier universel de la paix et de la fraternité. Chaque jour est représenté par un saint ou une personnalité.  Pour réaliser ces 366 stèles, il la mis vingt ans. Il était à l’origine exposé dans une salle de la salle des fêtes Kriegel de Schorbach.  Il vient d’être installé dans une extension du centre des arts qui accueille, expositions, concert et diverses animations. Cette extension est revenue à 500 000€.

Bitcherland

Suppression des étangs contestée

Les maires des communes  de Baerenthal, Eguelshardt, Mouterhouse Philippsbourg et Sturzelbronn ont envoyé un courrier au préfet de la Moselle pour s’opposer à la suppression de six étangs domaniaux   dans la vallée du Weisbach. Cette suppression, pour les maires, créerait « un véritable traumatisme au coeur d’un écosystème qui a mis plusieurs millénaires à se former. » Par Nicolas Dericbourg, responsable ONF à Bitche, les étangs créent un barrage qui   « empêche les sédiments, le sable, les galets, les poissons de circuler ». Face à cette opposition, l’ONF a décidé de suspendre les travaux en attendant la décision du préfet.

Gestion de Tubéo

La communauté de communes du Pays de Bitche a commandé pour 50 000 € un audit sur la gestion de Tubéo.  Tout d’abord, il y a le problème avec Orange qui a gagné son procès et a été condamné à  1,6 M€. Ensuite  de nombreux clients se plaignent  des nombreuses pannes. 

Petit-Réderching

Soixantième anniversaire

Les Ets Muller de  Petit-Réderching est une entreprise familiale créée en 1957 par Achille Muller. Ils ont fêté les soixante ans de la création. D’abord coiffeur à Bitche, il décide de changer de métier à 27 ans. Il  apprend le métier de maçon. Il commence tout d’abord tout seul, puis au fil des ans, il embauche et investit   dans le matériel. Après le décès de son père en 1985, son fils Gaston, après des études de génie civil,  prend la direction de l’entreprise. La Société Muller est actuellement une des plus modernes au niveau régional et emploie une dizaine de salariés. C’est un exemple parlant pour ceux qui veulent changer de métier ou se mettre à son compte.

Saint-Louis-lès-Bitche

Sécuriser la traversée

Pour sécuriser la traversée, la route départementale traversant  le village de Saint-Louis-lès-Bitche sera sécurisée  et la largeur ramenée à 5,50 m. De plus, un cheminement piétonnier  continu  et sécurisé du côté des habitations sera créé. Par ailleurs, des plateaux surélevés réduiront la vitesse des automobilistes. On profite de l’occasion pour réaménager l’avant de la place Lasalle. L’ensemble du chantier revient à 500 000 € H.T.

Kalhausen

Piste cyclable

La communauté d’agglomération Sarreguemines Confluences  aménage actuellement une piste cyclable  entre Kalhausen et Hutting. Longue de 2 km, son aménagement revient à 204 375 €. Elle fera partie  de l’itinéraire cyclable « Sarre et Alsace Bossue.

Hottviller 

Meilleur apprenti de France

Gabin Closs de Hottviller, apprenti boulanger, chez Joël Schwalbach à Rohrbach-lès-Bitche. Il vient de décrocher la médaille d’argent départementale au concours  de meilleur apprenti de France. Il envisage de passer le brevet de maîtrise en passant le brevet professionnel au CFA de Forbach.

Eguelshardt

L’école Gabriel Cuirin

De 1996 à 2017, Gabriel Cuirin a enseigné à l’école élémentaire d’Eguelshardt. Pendant toutes ces années, il a organisé et orchestré les fêtes de Noël. Décédé subitement le 8 septembre 2017, il laisse un souvenir d’un homme serviable et amoureux de l’école communale. Pour lui rendre hommage, le conseil municipal a décidé que désormais l’école portera son nom.

J.A.S.


Centre aéré au Colimaçon

Un centre aéré est organisé au Colimaçon du 23 au 27 octobre de 9h à 17h.
Une sortie est prévue au Walygator (comprise dans le prix pour les participants à la semaine de centre aéré), payante pour les extérieurs avec repas tiré du sac: 25 euros tout public. Il est dirigé 
PHOTO J.A.S

par Fleur Montag. Inscriptions
  au llecolimacondevolmunster@gmail.com

03 87 96 77 31 ou 06 52 91 43 49