vendredi 28 février 2014

Exposition commerciale à Volmunster

L’association des commerçants et artisans de Volmunster et environs (ACAVE) s’est réunie le lundi  17 février à la salle Léon Blot sous la présidence de Jean-Luc Maurer.  Elle a mis au point les modalités de l’exposition commerciale et artisanale qui se déroulera  les samedi 5 de  18 à 20 h et 
le dimanche 6 avril 2014 de 10 h à 18 h.
Nous avons rencontré  le président Jean-Luc Maurer.


Depuis quand existe votre association?

Elle a été créée en 1992, lors de la construction du bâtiment-relais sur la zone-artisanale  de Volmunster.  Depuis elle était en sommeil, et en 2013, j’ai provoqué une réunion de tous les artisans-commerçnts. Une trentaine ont été prêts à me rejoindre. Il était temps que l’on bouge. Il fallait d’abord travailler ensemble pour mieux se connaître. et   trouver un élément moteur. C’est l’exposition que nous allons organisée  à la salle Emile Gentil de Volmunster le premier week-end d’avril.

En quoi consiste cette exposition?

Pour le propriétaire qui a l’intention de réaliser  des travaux dans sa maison, il trouvera sur place tous les corps de métiers:  le chauffagiste, l’électricien, le menuisier, etc.  Une esthéticienne  donnera des conseils, un maréchal ferrant sera à la disposition des éleveurs de chevaux, etc.

Y a-t-il une animation insolite?

De nombreux boulangers de l’arrondissement présenteront leurs baguettes de pain et un jury  choisira la meilleure et désignera le lauréat. Cela se passe le samedi 5 avril  à  19h 30. Une tombola y  est organisée, le premier prix est un bon de 600 € pour un voyage. Par ailleurs, Mery et Fabien vous présenteront leur ferme d'élevage d'alpagas et de lamas.

Les produits locaux seront-ils présents?

Certains y participeront ainsi que  les métiers de la bouche. L’argousier et la Table paysanne serviront un repas gastronomique à la salle Léon Blot sur réservations. Il reste encore trois emplacements à louer.

Qui animera cette exposition?

Studio 1 de Bitche animera durant les deux jours cette manifestation, dont l’entrée est gratuite.


Réservations  tel : 03 87 96 72 45


mercredi 26 février 2014

Création d’une carte pêche pour les jeunes.

Les membres de l’Association agréée de la pêche et de la protection du milieu aquatique (AAPPMA) ont tenu leur assemblée générale au café du centre de Volmunster sous la présidence de Jeannot Enaux.  Après les mots de bienvenue,   les comptes-rendus du secrétaire et du trésorier pour l’année 2013 ont été validés à l’unanimité. Frédéric Burgun de Walschbronn est élu au comité et prend la fonction de secrétaire adjoint. 

Une carte à 10 € pour les jeunes 


Le comité  a décidé de ne pas augmenter le prix des cartes de pêche, mais crée une carte jeunes de moins de 12 ans pour 10 €. Il immergera dans la Schwalb la 450 Kg de poissons en 4 alevinages. L’AAPPMA de Volmunster participera à nouveau aux différentes journées pédagogiques  organisées par les Amis du Moulin d’Eschviller durant l’année 2014. Durant les   grandes  vacances,  l’association organisera  des écoles de  pêche sur le site du moulin d’Eschviller.


L’ouverture de la pêche est fixée au samedi  8 mars à 8 h. Le nombre de prises par jour reste fixé à cinq et la taille minimum est de 23 cm. On peut acheter les cartes    les mardi,  vendredi, samedi et dimanche jusqu’à 18 h. au Café PMU “Chez Tania” à Volmunster. Les cartes adultes reviennent à 95 € et à 55 € pour les moins de 18 ans. Pour tout renseignement, s’adresser  à Jean Enaux au  03-87-96-57-76 ou 06-70-81-75-84. Bonne saison de pêche 2014.


La Gestapo en Moselle

 Samedi 8 mars   à 15 h, au grenier du Moulin d’Eschviller, la Société d’histoire et d’archéologie de Lorraine de Bitche, en partenariat avec les Amis du Moulin d’Eschviller, propose une conférence intitulée La Gestapo en Moselle , titre de l’ouvrage historique dont l’auteur est Cédric Neveu. 


D.R.
Grâce à l’exploitation de sources  d’archives allemandes, anglaises et françaises, pour la plupart totalement inédites, il nous retrace l’histoire de ce service, son organisation, l’itinéraire de ses cadres et leurs techniques de lutte au service de la nazification de la région. il apporte des informations de premières mains sur l’une des périodes les plus sombres de l’histoire mosellane, l’Annexion de fait (1940-1944). 


Le jeune chercheur s’est attaqué à l’instrument de répression par excellence du pouvoir nazi, la police politique.  Il l’a replacée dans un contexte en constante évolution et a montré les spécificités locales de l’institution policière, encore soumise à un cadre juridique et administratif. Il parlera également du rôle de la Gestapo dans l’Est mosellan.  A la fin de la conférence, il dédicacera son livre.


mardi 25 février 2014

Le site du Moulin d’Eschviller labellisé

 

Le site du moulin d’Eschviller a participé l’année dernière à l’opération Qualité tourisme mené par le Comité régional du tourisme (CRT) de Lorraine et le Comité départemental du tourisme (CDT)  de Moselle. Le but de cette opération était d’évaluer et éventuellement d’améliorer la qualité d’accueil des touristes. Le Cabinet Adonéo s’est donc livré à une étude qualitative sur plusieurs points : demande de renseignements par email, téléphone, accueil physique en trois langues ; évaluation des différents supports de communication (site internet, documentation papier). Un audit mystère a été réalisé le mercredi 4 septembre 2013 pour évaluer l’accueil physique et la qualité des prestations. A la suite de ce



dernier, le site du Moulin d’Eschviller a obtenu la certification Qualité tourisme pour l'accueil assuré par Loïc Hergott, Cathia Helbling et Danièle Fischer( absente sur la photo). Il rejoint ainsi les autres sites touristiques déjà labellisés dans le Pays de Bitche. 


Loïc Hergott, responsable du site, nous explique : « Pour nous la qualité d’accueil est primordiale. Nous essayons toujours d’entretenir un rapport privilégié avec nos visiteurs. Nous sommes régulièrement félicités pour la chaleur que nous mettons à les accueillir et à les renseigner, mais aussi pour la façon très particulière dont nos nombreux bénévoles partagent leur passion avec un enthousiasme communicatif. Pour nous cette certification n’est pas une récompense, mais plutôt un jalon que nous devons nous efforcer de maintenir ainsi qu’améliorer ce qu’il est encore possible d’améliorer. » 


Les apiculteurs pour le rucher, comme les Amis du moulin pour le moulin et la scierie sont des guides bénévoles passionnés qui assurent les visites guidées avec beaucoup de compétence et de conscience professionnelle.

Le printemps arrivera plus tôt cette année


Toujours dans l’optique de mieux accueillir les visiteurs, le site du moulin d’Eschviller sera dorénavant ouvert à partir du 15 mars et non plus de Pâques comme il l’était auparavant. Les visites se feront comme toujours en semaine à 10h00 14h00 et 16h00 et à 14h00 et 16h00 le samedi et dimanche. Le lundi de Pâques restera néanmoins le premier temps fort de la saison. L’équipe du site proposera cette année en association avec la compagnie Le bruit qu’ça coûte, un voyage sonore et poétique au cœur de la scierie. Le bois sera décidément à l’honneur puisque des jeux en bois seront mis à disposition des visiteurs, prêté quant à eux par la ludothèque de Beausoleil. 


L’après-midi sera ponctué  par une chasse aux œufs pour les plus petits comme pour les plus grands. La boutique des produits du terroir verra également le nombre de ses produits augmenter. L’équipe proposera des paniers garnis, qui feront le bonheur de tous ceux qui cherchent un cadeau gourmand à offrir à leur proche.

Carnaval des enfants 2014 : encore un pari réussi !



 Après midi réussi pour la quatrième  édition du  carnaval des enfants de l'Association des Parents d’Élèves (APE) 'La Récré" à la salle des fêtes d’Ormersviller.  Au rythme de DJ Fredericson les enfants d'Epping, Urbach, Ormersviller et des villages alentours se sont éclatés dans une ambiance de  folie  batailles de confettis, jeux, danses, spectacle de magie et cascade de ballons. 

N'oublions pas le moment tant  attendu de l'après midi, le défilé de chaque enfant sur scène...  Pour récompense, chacun s'est vu remettre de petites friandises offertes par  l'APE .


Bravo, merci à tous les parents et enfants présents, rendez vous  l'année prochaine pour la carnaval 2015 !


lundi 24 février 2014

Succès du bal costumé des enfants


Le  bal de carnaval des enfants à la salle Émile Gentil de Volmunster a tous les ans plus de succès. 


Les deux clowns ont réussi à  faire participer  les jeunes carnavaliers à de nombreuses animations. Bien sûr, tous les enfants s’étaient déguisés pour l’occasion. Si les princesses et les fées chez les filles ont toujours beaucoup de succès, les costumes des garçons sont plus variés avec des clowns,


 des cowboys, des indiens, des Dalton, quelques pompiers ou autres superhéros. Quand Jeannot Lapin est arrivé, tous les enfants étaient époustouflés. Tous  lui obéissaient pour  la 



danse des canards, la chaîne etc. D’autres animations ont eu beaucoup de succès et ont occupé les enfants. Lors des pauses, les jeunes carnavaliers s’adonnaient à la bataille des confettis.  A 16 h, ils ont apprécié le goûter aux beignets, offert par le Colimaçon. 



Enfants, parents et grands-parents étaient heureux de se retrouver dans une ambiance de carnaval au bal  costumé des jeunes, organisé par l’association des parents d’élèves, présidée par Fabrice Arnet. 


dimanche 23 février 2014

Projet d’un terrain multisports: une proposition des conseillers juniors

En 2011, Patrick Weiten, Président du Conseil Général de la Moselle, a souhaité la mise en place d'un Conseil Général Junior. Ainsi 51 jeunes titulaires et leurs 51 suppléants  représentent les 51   cantons du Département et travaillent autour des politiques départementales qui concernent les jeunes Mosellans (culture, sport, collèges).


Antoine Markowsky, délégué junior titulaire et Juliette Seibert,  suppléante,  représentent  le canton de Volmunster. « Ce conseil général  junior a été  créé   pour impliquer la jeunesse dans les actions destinées aux jeunes,  ce qui permet au conseil général  de s’appuyer sur leurs propositions.» nous explique  David Suck, vice-président du conseil général. «C’est aussi une occasion pour  faire mieux comprendre le rôle d’un élu» nous précise Juliette Seibert.

 Un projet pour les jeunes

Une fois par mois, les jeunes conseillers juniors de l’arrondissement se réunissent à la maison du département de Sarreguemines et   une fois par trimestre, ils siègent  avec leurs collègues à Metz.  L'aide au développement des projets de territoires est au coeur des politiques conduites par le Conseil Général de la Moselle.  Concernant les sports et la jeunesse, l'opération départementale Moselle Macadam Jeunesse, menée en lien étroit avec les   communes  constitue un   outil performant pour les élus.
Avec l’aide de Sébastien Zimmert, secrétaire de mairie,  Antoine et Juliette vont présenter au  nouveau conseil 

municipal le projet d’implantation d’un city-stade  sur un terrain communal dans la rue du stade. Ce terrain multisports présente l’avantage d’être un plateau polyvalent sur lequel les jeunes pourront s’adonner à de nombreux sports collectifs. Pour Antoine Markowsky : «Ce projet est fédérateur, car plusieurs associations locales  pourront l’utiliser. Ce sera un complément pour l’aire de jeux et toutes les autres structures en place.»



Antoine et Juliette ont présenté leur projet à David Suck, vice-président du conseil général.

samedi 22 février 2014

Dynamiser la gestion de la forêt privée

Hervé Desumer, conseiller forestier de la Chambre d’Agriculture de Lorraine, a été nommé au Bitcherland pour la mise en place d'un Plan de développement de massif pour dynamiser la forêt privée
Depuis Janvier 2013, le secteur géographique de la communauté de communes du Pays de Bitche a été retenu pour initier un Plan de Développement de Massif (PDM) dans le cadre du Plan Pluriannuel Régional de Développement Forestier. Des actions d’animations forestières sont assurées par le service Forêt de la Chambre d’Agriculture de Lorraine et le Centre Régional de la propriété Forestière (CRPF) Lorraine Alsace. Son but est de dynamiser la gestion forestière de la forêt privée morcelée.
C’est avant tout une démarche volontaire, chaque propriétaire est libre de participer ou non. Il peut obtenir des conseils gratuits auprès du conseiller animateur du secteur sur la gestion à mettre en place dans ces parcelles, la meilleure façon de vendre ces bois, l’achat ou la vente de ces parcelles ou encore les aides disponibles.
Mise en place d’un conseiller forestier


Ainsi, Hervé Desumer, conseiller forestier de la Chambre d’Agriculture bénéficie d’un bureau mis à disposition par l’AMEM à Volmunster au 13 rue du Sigogne. « Originaire de Reyersviller, la forêt a toujours été présente dans mon environnement. Le lien que j’entretiens avec la forêt s’est formé depuis tout petit grâce à mon père qui m’a toujours emmené au bois que ce soit pour le bois de chauffage ou pour les champignons » nous confie Hervé Desumer. Forestier de formation, il est aussi titulaire d’un Master en Equipement, Protection et Gestion du Milieu de montagne. Ses études l’ont amené à travailler dans la filière forêt-bois notamment grâce à des stages en Coopérative forestière ou dans le Parc naturel régional du Morvan en Bourgogne. A 25 ans, il est de retour dans le Bitcherland après avoir visité de nombreuses régions de France à travers son parcours.

Valoriser la forêt privée


Son rôle va être d’améliorer la production et la valorisation du bois sur le secteur du Pays de Bitche. C'est-à-dire mobiliser plus de bois en appliquant une gestion durable à l’échelle de massifs forestiers privés, pour cela il faudra conseiller et orienter les propriétaires vers les choix sylvicoles les mieux adaptés à leurs situations et les convaincre de ne pas forcément travailler uniquement à l’échelle de la parcelle. Avec l’adhésion du plus grand nombre de propriétaires forestiers, des élus et des partenaires locaux, cette démarche « de gestion forestière collective et durable » peut déboucher sur de belles réalisations qui dynamiseront nos forêts, mais également notre territoire ! Cela permettra de tendre vers des forêts de meilleure qualité, un cadre de vie amélioré et une exploitation des petites propriétés plus rentables.
Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez joindre le conseiller forestier en charge de l’animation du PDM du Pays de Bitche ; Hervé DESUMER – Conseiller Forestier à la Chambre d’Agriculture au 06 29 33 53 35 ou vous pouvez aller le rencontrer à son bureau à Volmunster (permanence le lundi).




vendredi 21 février 2014

Le castor est de retour au Bitcherland

Eradiqué en Lorraine par l’homme dès le 17 ème siècle, le castor est revenu dans la vallée  de La Horn. C'est un signe révélateur de la richesse de la biodiversité des êtres vivants et des écosystèmes  du Bitcherland. 
S’il fallait une preuve supplémentaire de la richesse et de la qualité des milieux naturels du Pays de Bitche, la voilà : le castor est de retour au Bitcherland sur la partie aval du bassin versant de la rivière Horn.



 Le plus gros rongeur d’Europe (Castor fiber), est en effet de retour sur la   Horn   dans le pays de Bitche. Tel est le constat établi par François Wecker correspondant local du réseau castor  de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), en collaboration avec le Parc naturel régional des Vosges du Nord et les spécialistes du NABU et du GNOR  (organismes allemands  de protection de la nature) .
Le castor dans la vallée de la Horn
Philippe Dunoyer, président de l’association de pêche locale de Waldhouse-Walschbronn nous confie « Quand nous avons vu les premiers indices en 2013, sur le parcours de pêche  de la Horn nous avons de suite pensé au retour du castor au Bitcherland.»  «Ces  faibles  indices de présence remarqués sur le parcours  fluvial transfrontalier,  laissaient  cependant présager l’arrivée de ce rongeur dès 2010 en provenance de la Sarre   où il a été réintroduit sur plusieurs cours d’eau notamment la  Blies   près de Blieskastel en 1998, et plus récemment à quelques kilomètres de la  frontière  allemande près de  Hornbach» explique François Wecker.


Le castor est  surtout végétarien et bénéficie d’une protection intégrale par des textes réglementaires nationaux. Son espèce   est   inscrite parmi celles  à  protéger selon la  Directive Européenne Flore, Faune, Habitats annexe II et IV, 
«Les relevés réalisés lors de prospections successives sur les rives de la Horn et ses affluents, permettent d’affirmer que le castor a remonté aujourd’hui le cours  sur les bans communaux de Rolbing, Walschbronn, Waldhouse, Liederschiedt où il a trouvé un milieu de vie favorable pour une installation  qui s’annonce durable.» indique François Wecker
En effet, le biotope du castor est constitué par le réseau hydrographique de plaine et collinéen. Il peut s’installer aussi bien sur les fleuves que sur les ruisseaux. Les plans d’eau peuvent être colonisés lorsqu’ils sont reliés au réseau hydrographique ou lorsqu’ils sont très proches de celui-ci.
Réintroduit en Allemagne
«Il est à remarquer que les différentes réintroductions en Allemagne n’ont posée  aucun problème ni aux riverains, ni aux usagers des cours d’eau. Au contraire, les pêcheurs notamment constatent avec satisfaction que  les conditions s’améliorent d’un point de vue biologique et que la population des petits poissons augmente grâce aux nombreux refuges créés par le castor.» affirment les experts allemands
Eradiqué en Lorraine par l’homme dès le XVII siècle, le castor a été réintroduit sur le bassin versant de la Moselle en 1983/84 près de Nancy, où il a depuis colonisé plusieurs cours d’eau dans l’Ouest et le Nord Mosellan.
Au niveau local, l’enrichissement de la biodiversité par l’arrivée du « castoridé » s’inscrit pleinement dans les récentes mesures de protection du milieu naturel mises en place notamment sur la roselière de Waldhouse-Walschbronn. 
Cette situation a nécessité  dans un premier temps, une réunion d’information avec les maires des localités concernées, le chargé de mission environnement de la  communauté des communes du pays de Bitche, ainsi que les responsables des associations locales de pêche. Celle-ci s’est tenue le 18  février 2014 à Walschbronn.
Une sortie de terrain en commun  durant l’après-midi, a permis aux élus et différents responsables de se rendre à l’évidence quant à cette nouvelle présence.
Il est à noter qu’une réunion d’information ouverte au public se tiendra à la salle polyvalente de Waldhouse  prochainement en présence d’experts du  réseau castor, la date sera communiquée ultérieurement par voie de presse.


François Wecker, accompagné de Rasmound Denne,  expert allemand, Vincent Grebil de la Com com de Bitche et Sébastien Morel du Parc devant le travail du castor  sur la rive de la Horn.

D.R.                                   Joseph Antoine Sprunck


mercredi 19 février 2014

Construction de deux bassins de 450 m3 sur la Burg

Le Syndicat des eaux de Volmunster qui regroupe six communes construit actuellement  un nouveau château d’eau potable de 900 m3 à demi-enterré  sur les hauteurs de la Burg à Ormersviller. 
Le 20 juillet 2011 en mairie de Volmunster  le projet de construction de deux  nouveaux réservoirs semi-enterrés de 450 m3 non loin de la chapelle Saint-Joseph à  Ormersviller   présenté par le bureau d’études EGIS Eau a été avalisé par comité du Syndicat d’eau de Volmunster. Il est destiné à remplacer  le château d’eau vétuste et insuffisant d’Ormersviller. 

Un projet unique en Europe

Tout d’abord, le réseau  interne a été renforcé par deux conduites d’adduction de diamètre 150 mm (refoulement et distribution) et   l’interconnexion avec le réseau de Stadwerke Bliestal en Sarre, dont le château d’eau est situé non loin de l’implantation du nouveau réservoir a été posée entre 2011 et  2013. 




La structure sarroise qui n’était pas encore interconnectée à un autre réseau a été très favorable à ce projet et signe une convention avec le Syndicat des eaux le 21 septembre 2012.
 Vu qu’aucune   structure voisine n’a accepté de se connecter,  le vice-président Marcel Vogel a pris contact avec la Stadwerke Bliestal  et s’est chargé de solliciter la subvention européenne. En effet, l’interconnexion entre deux réseaux différents est réalisé par mesure de sécurité. 



Lors de la signature  la ministre de l'environnement Anke Rehlinger souligne que "la signature de cet accord est un exemple de collaboration entre une région de la Sarre et de la Lorraine.   Je suis reconnaissante envers tous tous ceux qui se sont investis pour ce projet extraordinaire transfrontalier. C’est un exemple de coopération pragmatique, un projet unique en Europe permettant la garantie  de l’approvisionnement de l’eau potable. La Sarre le subventionnera à hauteur de 300 000 € .  En conclusion je cite un dicton chinois” Il faut creuser le puits, avant d’avoir soif." 

Un château d'eau à demi-enterré




 Actuellement, l’entreprise Sotravest d’Oberbronn construit les deux réservoirs à semi-enterrés qui remplaceront  le château d’eau d’Ormersviller qui ne contient que 300 m3.




« L’ensemble de la restructuration des travaux reviennent 3,695 M €.  Ils sont subventionnés par le conseil général, Interreg et le bassin Rhin-Meuse. Nous pouvons  bénéficier des subventions européennes, vu que nous avons une interconnexion avec le réseau de Stadwerke Bliestal en Sarre. Je viens de déposer à  la mairie de Volmunster la demande de permis de construire  pour la construction de la station de traitement.»   précise le président René Scheid. 







«Je me réjouis de la concrétisation de ce projet de restructuration des équipements du Syndicat des Eaux. 
C'est un dossier qui était bloqué depuis quelques décennies et cette demande de partenariat financier était vitale pour le syndicat des eaux et pour ses usagers. Le conseil général avait donné son accord dès le premier tour de table, ce qui a permis de trouver une issue favorable grâce à d'autres partenaires notamment.»



 nous déclare David Suck vice-président du conseil général.


D.R.                                  Joseph Antoine Sprunck



mardi 18 février 2014

Carnaval à Volmunster, holé! holé!


Le Colimaçon"   organise  le  samedi  1er mars son quarantième    grand bal masqué à la salle Émile Gentil. Il sera à nouveau animé par le célèbre orchestre carnavalesque "Les Chalax". Cette manifestation traditionnelle qui se déroule toujours le samedi précédant le mardi gras est toujours organisée avec beaucoup d'éclat à Volmunster où les danseurs de toute la région viennent pratiquement tous déguisés depuis  1974, date à laquelle ce bal a été lancé. «Le principal but de ce bal masqué  est toujours atteint : s'amuser et se défouler»" nous raconte un des membres fondateurs du Colimaçon. 


L’orchestre  “Les Chalax”   dans un  beau décor de carnaval crée toujours l’ambiance entraînante pour faire danser et  amuser tous les danseurs. Son animation est  appréciée non seulement par les jeunes, mais aussi par les moins jeunes.

Prévente le vendredi 21 février

 Tous les convives de carnaval s’amusent toujours follement  jusqu’au matin dans une ambiance bon enfant. Plus de cent membres adultes de l'association s'investissent à fonds pour décorer la salle Émile Gentil et aider à l'organisation du plus grand bal de carnaval du Bitcherland. 


L'entrée est fixée à 12 €.  Les places seront limitées. Caisse à 20 h. Cette année pour éviter les files d’attente le jour du bal, une prévente sera oragnisée   à l’entrée de la salle Émile Gentil le vendredi 21 février de 16 h à 20 h. Il sera possible de régler par carte bancaire lors de la prévente. Un maximum de six billets sont  vendus par personne. Les places seront limitées. Caisse à 20 h 

Départ et arrivée à l’AMEM

 L’Association mosellane d’économie  montagnarde (AMEM) présidée par David Suck, vice-président du conseil général s’occupe particulièrement de la gestion des espaces naturels, la mise en place des circuits courts et la stratégie politique agrotouristique. L’action de l’AMEM est surtout visible dans l’organisation des marchés paysans et l’opération “Les Vosges mosellanes de ferme en ferme” . Elle travaille en partenariat avec le Parc Naturel régional des Vosges du Nord. 

Chargée du développement rural

Camille Favier, chargée des dossiers en lien avec la gestion de l’espace et de la coordination de l’équipe travaillera en collaboration avec Catherine Bertholle en poste à l’AMEM depuis le 6 janvier qui remplace Elodie Lett qui a pris d’autres fonctions.


Catherine Bertholle  est chargée de mission développement rural en charge des dossiers  circuits courts en collaboration avec Fernand Kanzler sur l’organisation de marchés paysans, le projet atelier de transformation collectif du lait. Elle est également chargée  de l’opération « Un fruit à la récré » l’organisation de l’opération et l’animation dans les classes maternelles et primaires participant au programme. Catherine Bertholle connaît le monde rural ayant travaillé à l’ADASEA de l’Aube et comme chargée de mission environnement-agriculture (thèmes eau, érosion des sols et biodiversité)  en Basse Alsace. Actuellement, Lola  Douard, étudiante en master 2 « génie agronomique et agro-alimentaire » à l’université de Haute Alsace à Colmar, assure un stage  à l’AMEM pour une durée de 6 mois. Sa mission consiste à réaliser un diagnostic sur l’agriculture et plus particulièrement sur l’élevage dans le Pays de Sarrebourg, analyse et propositions d’actions. 



«Avec ses nombreuses missions et pour être efficace, il était indispensable que Fernand Kanzler, chargé de mission de développement rural soit   secondé.» précise David Suck, président de l’AMEM


lundi 17 février 2014

Aménagement patrimonial à Eschviller

L’assemblée  générale de la caisse locale du Crédit Agricole (CA) du Pays de Bitche, présidée par Richard Kirsch, s’est tenue à la salle Robert Schumann en présence de 300 sociétaires. A cette occasion, un chèque de 3 000 € a été remis à l’association Eschviller Plus, présidée par Sylvain Hanauer,  par le président local   et Claude Vivenot, président de la caisse  régionale du CA, après la présentation de l’historique d’Eschviller par Rémy Seiwert.   L’association était représentée par     Marie-Paule Strub, secrétaire et Claude Koeberlé, assesseur et administrateur du CA. 

 

Mise en valeur de l’histoire d’Eschviller

«Cette subvention  servira à financer la rénovation d’un puits  de l’ancien château d’Eschviller.  Il sera rénové en pierres de taille avec un tableau reproduisant le  château peint en 1785.  Cette rénovation fait partie d’un projet d’aménagement patrimonial à Eschviller et au moulin porté par la commune de Volmunster. Il est envisagé  de rappeler l’histoire de la chapelle castrale, de l’ancien château  de la famille Zoller  et  celle du peintre Adolphe Yvon, née à Eschviller, grâce à plusieurs panneaux.   Ce projet s’élève à 20 886 €.» nous explique Claude Koeberlé. Une subvention a été sollicitée au G.A.L. Leader et au conseil régional. «Pour la rénovation du puits,  le CA alloue 3000€, Eschviller Plus 3000 €, le conseil général   450 €. La subvention parlementaire de Céleste Lett s’élève à 1 500 € et le bénéfice de la vente du livre «Eschviller, 2000 ans d’histoire» de Rémy Seiwert est de 500 €» précise Claude Koeberlé.


Cette mise en valeur d’Eschviller, annexe de Volmunster, depuis 1811, intéressera tous les randonneurs utilisant les sentiers balisés par le Club vosgien de Bitche. Le village fait partie d’un circuit circulaire partant du moulin d’Eschviller et le sentier reliant le moulin à Bitche.

dimanche 16 février 2014

Visite d’un chevreuil

Ce matin, au lever du soleil, un chevreuil est venu brouter l’herbe de mon verger, situé derrière ma maison. D’habitude, ils étaient   trois. Où sont passés les autres? 


De 1946 à 1956, je gardais les vaches de mes parents lors de la vaine pâture qui permettait, après le regain du mois d’août, à chacun de faire brouter ses bovins dans les prés ouverts du ban d’Ormersviller. C’est à cette époque que tous les jeunes étaient tenus de le faire. Comme nous passions au moins huit heures dehors par jour, nous avons tous  appris à connaître la nature. Nous avons vu tous les jours des lièvres, mais très rarement des chevreuils. Maintenant c‘est l’inverse, les chevreuils sont souvent en harde, et pratiquement chaque semaine les chevreuils viennent me  rendre visite. Leurs mets préférés: les feuilles des fraisiers et des betteraves rouges ainsi que le coeur des têtes de salade de mon potager.

L’art de bâtir demain


C’est à la salle communale de Schweyen  que les élus des communes du Parc naturel régional des Vosges du Nord (PNRVN) ont découvert un bâtiment exceptionnel et échanger avec les professionnels qui ouvrent de nouvelles voies aux constructions durables locales. Le débat  était animé par Pascal Demoulin, architecte au PNRVN. 

Des résultats performants


C’est le cabinet Haha architectures de Saint-Nabord (88) dirigé par Claude Valentin, maître d’oeuvre, et   Jérôme Lotz, architecte de la salle communale de Schweyen, qui ont expliqué au public que «nous vivons actuellement une mutation qui touche le champ énergie, aussi  faut-il aller vers d’autres sources d’énergie. C’est pourquoi, il faut chercher d’autres matériaux  pour construire.  De plus, construire des bâtiments publics avec de nouveaux matériaux de construction incite  les constructeurs privés à les utiliser. La salle communale de Schweyen grâce à son enveloppe de construction et la gestion des ponts thermiques a des résultats performants.» 
Sylvie Feuga de Lorraine qualité environnement  (LQE) leur a expliqué que son  organisme  est un centre de ressources régional où les élus ou les privés peuvent se renseigner pour obtenir la meilleure qualité environnementale du cadre bâti  tel : 03 83 31 09 88 ou contact@lqe.fr  www.reseaubeep.fr 

10 ans d’éco-construction

En 2004, le Parc naturel régional des Vosges  du Nord  avait mis en place, une politique mutualisée innovante destinée à mieux préserver et valoriser les caractéristiques de l’architecture traditionnelle locale, à travers une grande diversité d’actions.


 «Son objectif est de sauvegarder les bâtiments anciens tout en les ouvrant sur l’architecture contemporaine et en les adaptant aux modes vie actuels. Il ne faut pas oublier que le patrimoine bâti est un héritage à transmettre aux générations futures sans trahir  ou subvenir son sens.  Pour le transmettre, il faut l’habiter  et aujourd’hui, habiter un bâtiment ancien, c’est le préserver, le réhabiliter et le rendre économe en énergie.» a précisé Pascal Demoulin.

Habiter autrement

 En 2011, ce sont huit communautés de communes du Parc naturel régional qui se sont associées pour poursuivre et développer la mission. Aujourd’hui, le programme s’étend à tout le Parc.


 «Pour assurer la réussite de cette politique, la sensibilisation aux enjeux du patrimoine en direction du grand public et de la jeunesse,
et  la  formation des professionnels  sont des axes primordiaux.  C’est dans ces directions que le Parc oriente aujourd’hui ses efforts,
tout en poursuivant le travail de terrain que sont les conseils et l’accompagnement des projets de rénovation.» a annoncé Pascal Demoulin
En cette 10ème année  d’application de la politique de valorisation du patrimoine bâti, des savoir-faire et des matériaux locaux,
le Parc naturel régional choisit de consacrer son traditionnel programme « Habiter Autrement » aux 10 ans de l’éco-rénovation. Contact: tél 03 88 01 49 59  ou  par courriel :contact@parc-vosges-nord.fr

Joseph Antoine Sprunck



mercredi 12 février 2014

Le fagotage du bois de chauffage




Lors de la dernière randonnée du Colimaçon, les participants ont découvert sur les hauteurs de Haspelschiedt, une plateforme où les bûcherons préparent du bois de chauffage.A côté du tracteur équipé d’une fendeuse,  une fagoteuse reçoit un stère de bûches  liées en fagots avec deux liens.



Le fagotage permet de manipuler le bois de chauffage avec des engins.

Le polissoir de Haspelschiedt

 Les membres du Colimaçon ont découvert le polissoir de Haspelschiedt.


C'est une petite falaise rocheuse qui se compose d'un abri sous roche formé par une arche et une grotte très exiguë. Cet abri renferme un des vestiges préhistoriques le plus remarquables du Bitcherland. À cet endroit se trouve un polissoir néolithique regroupant sur une longueur de 25 m et une hauteur de 1,50 m plusieurs centaines de rainures. Ces rainures sont les traces d'usures laissées par le polissage des outils de nos ancêtres. Six cent une rainures ont été dénombrées. Le polissage des outils, essentiellement des haches, apparait au néolithique. Cette période débute vers 5200 av. J.-C. dans l'est de la France actuelle. Le polissage permettait de rendre les tranchants plus résistants et efficaces. La fabrication d'une hache polie nécessite quatre phases. La première consiste à fabriquer une ébauche en taillant un bloc de silex ou de roche dure. 

Les activités sportives des U15



Sous la houlette de Jonathan Kirsch et de Geoffroy Fischer, les jeunes footballeurs de l’équipe U 15 de l' E.S.H.V.13, ont très souvent  des activités sportives les plus diverses le samedi durant toute la journée. 


Samedi, malgré la pluie, ils sont partis à vélo à la découverte du Bitcherland. Nous les avons rencontrés à Nousseviller-lès-Bitche.