mercredi 4 mai 2016

«Les délices de Marie» de Dollenbach subjuguent les gourmets




A Dollenbach, hameau de 34 habitants, au fin fond du Bitcherland, après l’installation de la boucherie Oliger,  voilà que Marie Lebert, originaire de Bitche, y  aménage un fournil   pour  produire des pâtisseries, «Les Délices de Marie». A peine installée  depuis le 2 février 2015, Marie Lebert, a su faire apprécier  ses  pâtisseries aux saveurs authentiques   et préparées avec amour. Vu son succès,
elle a construit  un laboratoire pour pouvoir satisfaire ses clients.


Photos  Joseph Antoine Sprunck
Nous avons rencontré Marie Lebert qui s'est installée dans le corps de ferme de la grand-mère de son mari Daniel.

Interview

- Comment se fait-il que vous ayez choisi ce métier fatigant et difficile?

J’ai commencé très jeune, j’aime  travailler la pâte et préparer des desserts  pour la famille qui les appréciait beaucoup.

- Où avez vous appris votre métier?

Après avoir réussi mon brevet, j’ai fait mon apprentissage en alternance  à la pâtisserie Nicola de  Bitche et au Lycée professionnel  Camille Weiss de Forbach de 1997 à 2000. J’ai réussi le C.A.P, le brevet de compagnon  avec une mention complémentaire.

- Où avez-vous travaillé avant de commencer à Dollenbach?

- A Sarreguemines dans les pâtisseries Koch et Beck, au Cora et de 2006 à 2015 chez Patispain à Bining.

Quitter la ville pour un hameau, ce n’est pas évident pour une citadine.

- J’aime la nature et le calme de la campagne. Mon mari Daniel et ses deux frères ont transformé la partie agricole en appartements. Je n’ai pas hésité pour y aller habiter, et les deux frères ont en fait autant.

Il fallait avoir du courage pour commencer  un commerce  à Dollenbach?

- C’est vrai. Quand je travaillais chez Patispain de 13 h à 21 h, il m’était difficile de m’occuper de mes deux enfants en bas âge. C’est cette situation qui m’a poussée à prendre cette initiative. Conseillée par la Chambre des métiers, j’ai commencé  le 2 février 2015 à vendre des  pâtisseries uniquement sur commande. Très rapidement le carnet de commande se remplissait, alors j’ai démissionné chez Patispain le 30 avril 2015.

Comment les clients ont-ils appris que vous faites des pâtisseries?

- J’ai annoncé mon ouverture  sur les réseaux sociaux.   J’ai également mis une affiche à la boucherie de Dollenbach et à la Table Paysanne de Weiskirch. Le bouche à oreille a fait le reste.

Ce laboratoire est tout neuf?




- D’abord, je travaillais dans ma cuisine, mais comme les commandes de pâtisseries prenaient de l’ampleur, nous avons investi 25 000 €  pour l’aménagement de ce laboratoire de 20 m2. Comme les clients deviennent de plus en plus nombreux , il est envisagé de  l’agrandir de 40 m2. Tout  sera réorganisé.  Le devis des travaux et des installations est estimé à 60 000 €.

Contact au 06  29 55 29 00 ou 03 87 96 95 13 


Joseph Antoine Sprunck